Utilisation de l’urine :


Dans le passé, l’urine à l’état « corrompu » était utilisée comme nettoyant et désinfectant. Aujourd’hui, une foule de vestiges architecturaux de cultures antiques en témoigne. Ainsi par exemple, dans la Rome antique, on disposait des urinoirs s’apparentant à des amphores pour recueillir l’urine requise. Il y eut en outre un impôt sur l’urine prélevé par l’empereur Vespasien et critiqué par le fils de ce dernier, pris de dégoût pour la chose. Selon certaines traditions, l’empereur souleva, au cours de cette discussion, une pièce de monnaie et annonça « Pecunia non olet », ce qui, traduit librement, signifie à peu près « L’argent n’a pas d’odeur ».

Bien après cette période, de l’urine fermentée fut utilisée pour dégraisser la laine de mouton ainsi que pour décaper le cuivre. Le cuivre, à l’éclat doré rouge, se transformait, à cause de la corrosion, en acétate de cuivre bleu turquoise (patine). De surcroît, l’urine des vaches se nourrissant exclusivement de certaines feuilles était utilisée pour la coloration de textiles. Le jaune indien était par exemple obtenu par l’évaporation de l’urine de vache. L’urine humaine servait à la fabrication du bleu indigo (JEANS). À cet effet, les feuilles du pastel des teinturiers (lat. Isatis tinctoria L.) étaient mises à fermenter dans des cuves d’urine pour dissoudre l’indigo puis lui permettre d’imbiber la fibre.

Uroscopie (analyse de l’urine) :
L’urine est un liquide par lequel différentes substances sont évacuées de l’organisme. Un examen permet de diagnostiquer plusieurs affections de l’appareil uro-génital.
Lors de l’analyse, les aspects suivants sont pris en compte.

Pour les analyses, on utilise de préférence l’urine du milieu du jet du matin, laquelle contient les substances incluses en plus grande concentration que l’urine obtenue en cours de journée.

• pH (acidité)

• Teneur en sucre (glucose)

• Teneur en protéines

• Présence de bactéries

• Présence de cétones

• Présence de globules rouges, d’hémoglobine et de globules blancs

• Couleur de l’urine et sédimentation

Quelques-uns de ces paramètres peuvent être testés avec une bande d’essai (pH). Des bactéries sont cultivées, au moyen d’un frottis, dans un milieu de culture et analysées, par l’intermédiaire du nombre de germes, à l’issue d’une certaine durée d’incubation. Les composants solides de l’urine peuvent être fixés par centrifugation et examinés au microscope. La présence de globules rouges ou blancs et/ou de bactéries peut ainsi être vérifiée. Il est également possible, grâce à la teneur en protéines, d’émettre des diagnostics concernant l’état de la prostate.

Présence de sang dans l’urine :
• Infection du rein et/ou des voies urinaires, occasionnée par exemple par des calculs.

• Lésions des reins et/ou d’un

Présence de protéines dans l’urine :

• Diabète sucré

• Inflammations rénales

• Lésion rénale due à certains médicaments (AINS)

• Hypertension due à la grossesse.

Présence de bactéries dans l’urine :

• Infections des reins ou des voies urinaires

• Affections tumorales, p. ex. de la vessie ou de la prostate

Présence de cétones ou de sucre dans l’urine :

• Diabète sucré